Intelligence Artificielle : comment cette innovation peut accélérer la transition écologique ?

Intelligence Artificielle peut accélérer la transition écologique

Comment anticiper au mieux les risques de catastrophes naturelles ?

Au lendemain des inondations du sud de la France qui ont fait 11 morts et d’énormes dégâts matériels dans le département de l’Aude, le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé son intention de mettre en place une « procédure accélérée en cas de catastrophe naturelle ». L’Intelligence Artificielle (IA) peut être la solution à de nombreux catastrophes naturels, qui risquent de s’amplifier avec le changement climatique.

Intelligence Artificielle et Transition écologique

Le député Cédric Villani avait exprimé sa volonté de s’appuyer sur l’IA pour lutter contre le changement climatique et basculer vers une transition écologique 2.0. Le 29 mars 2018, il a dévoilé un rapport complet sur le développement et le déploiement d’une telle solution. Parmi les sujets abordés figurent la préservation de la biodiversité et la modélisation de l’impact de l’homme sur l’environnement. Les progrès en matière d’IA permettraient d’éviter de futures catastrophes liées au climat. En effet, dans l’Aude, la dévastation est en partie due à une urbanisation excessive avec des sols sur-bétonés et mal imperméabilisés.

Grâce à l’analyse des images satellitaires, la reconnaissance visuelle est déjà pleinement capable de cartographier l’emprise humaine sur le territoire. Ainsi, elle peut détecter automatiquement un danger et permettre de l’anticiper.

Protéger l’environnement

L’IA peut aider les gens à comprendre leur impact sur l’environnement et à mettre en œuvre les mesures écologiques nécessaires et éviter des conséquences irréversibles. En France, nous savons, à titre d’exemple, mettre en place une base de données des consommations électriques (via le compteur Linky), les données sur la pollution de l’air, les précipitations et l’ensoleillement. Ces chiffres permettraient d’ajuster les besoins et la production en temps réel et pourraient réduire les émissions polluantes. Nous pourrions également cartographier les espèces vivantes ou l’avancée de la déforestation afin de restaurer les écosystèmes régionaux et mondiaux.

Ces outils d’observation permettent d’agir efficacement et avec précision pour protéger l’environnement. La précision de l’analyse est en effet la véritable force de l’IA. Particulièrement vrai dans les zones sensibles comme les récifs coralliens. En effet, il est extrêmement difficile de documenter et de protéger la vie sous-marine. Cependant, le développement de robots intelligents équipés de technologies de reconnaissance visuelle rend cela peu à peu possible.

Par exemple, le RangerBot développé par l’Université du Queensland en Australie peut mesurer la santé de la Grande Barrière de Corail. De plus, il peut identifier avec précision l’étoile de mer qui décime le récif et y injecter une toxine mortelle. En plus d’un système acoustique particulièrement évolué, le robot utilise un système de visio par ordinateur pour sculpter les moindres détails du récif marin. De plus, cette technologie est plus précise et moins coûteuse à produire et déployer à grande échelle.

La transition écologique à l’échelle

La question de l’échelle est au cœur du défi d’une transition écologique. C’est pourquoi Veolia Recyclage a fait appel à Max AI, un robot intelligent qui trie automatiquement les déchets ménagers et améliore le recyclage. Il est capable d’effectuer 3 600 opérations de tri par heure, contre environ 2 200 pour un opérateur humain. Il peut également reconnaître certains types de déchets indésirables sur le tapis roulant d’une chaîne de tri et les en retirer.

Alors que la France vise à réduire de moitié le volume des déchets mis en décharge et à recycler 100% des plastiques d’ici 2025, les principaux acteurs du secteur s’accordent à dire que l’IA s’avère réellement comme un incontournable. Dans cette course à la performance technologique, Veolia n’est pas le seul groupe à moderniser ses centres de tri. Suez a aussi investi 15 millions d’euros dans son centre du Val-de-Marne, équipé de six machines de tri optique. Enfin, Paprec, entreprise crée en 1994, dont le siège est à la Courneuve en banlieue parisienne, dispose également d’un centre équipé de trieuses optiques dans les Alpes-Maritimes.

Initiatives pour l’environnement

Les Marches pour le climat en France, les dernières victoires des écologistes au élections municipales, les victoires du Parti Vert en Bavière et les progrès des écologistes en Belgique démontrent bien que les citoyens prennent conscience de l’urgence écologique. L’initiative « AI for Good » lancée dans le sillage du rapport Villani vise à rassembler les différents acteurs pour trouver des solutions « aux grands problèmes de société ». Pour encourager les entreprises à participer à la transition écologique, le Parti Démocratique Européen recommande la création de fonds spécifiques destinés à financer, via la BPI ou la FrenchTech, les entreprises initiant des projets environnementaux. Les nouvelles avancées en matière d’IA peuvent donc encourager de nouvelles initiatives venant des entreprises ou industriels pour faire face à l’urgence écologique et préserver la planète : notre maison commune.

Pendant la canicule, hydratez-vous et restez au frais. Gourde écologique conçue pour tenir au frais vos boissons toute la journée… c’est par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.